Almerimar du mercredi 4 au mardi 17 avril 2018

Le mercredi 4 avril dans l’après midi nous sommes de retour à bord d’Ericante. Il fait beau et chaud.

Du pont du bateau l’on peut voir le port et, au loin, la Sierra Nevada enneigée. Ericante a peu souffert de l’hiver qui fut très venté avec plusieurs forts coups de vent. Les batteries sont chargées à bloc, les panneaux solaires ont bien fonctionné. Le bimini sur lequel repose les panneaux est un peu déchiré, mais rien de grave.

 

Jeudi, repos après le voyage, vendredi antifouling. Samedi et dimanche le vent est très fort le voilier tremble sur ces supports. Nous faisons connaissance avec Bertrand dont le voilier doit être mis à l’eau lundi comme le nôtre. Nous rencontrons également Jean Charles dit Jessie. Il vient d’arriver en France avec sa femme Lili et sa fille après de nombreuse années en Afrique du sud. La vie en Afrique du sud est devenu difficile pour les blancs.

Lundi le vent d’est souffle de 15 à 25 nœuds. La mise à l’eau s’effectue sans difficulté. Le chef de chantier nous attribue une place large pour une manœuvre facile. La place n’est pas très bien protégée mais à distance de la route et de ses restaurants. La vue sur les montagnes est superbe.

Le lendemain de notre mise à l’eau un cata vient à coté de nous. Il s’agit d’un Lagoon 40 neuf qui est convoyé des Sables d’Olonne jusqu’en Sardaigne. Les convoyeurs sont 2: Filou, devenu professionnel de la plaisance, après plusieurs années de navigation en famille sur un rêve d’Antilles, et Robert retraité, équipier, aventurier. Ils se sont arrêtés en raison du mauvais temp. Nous passons toute une après midi à discuter dans le carré de nos différentes aventures.

 

Au bout du ponton il y a un beau Ketch en acier de 17 m Sama Sama. À son bord Sylvain, Krystal et Gaïa. Sylvain est français, Krystal australienne, ils sont tous les deux apnéistes, et Gaïa, leur fille est âgée de 11 mois.

                          

Nous avions demandé au voilier d’Almerimar: Colin de faire quelque chose pour notre capote qui avait tendance à servir de cuvette quand il pleuvait. Il a posé une latte qui ne sert à rien et nous a fourni un bâton à poser sous la capote afin de supprimer le creux! C’est loin d’être idéal et loin d’être donné.

En reposant la capote la barre en carbone qui maintien le bimini tombe à l’eau. Il y a 6 m de fond et l’eau n’est pas claire, malgré tout Sylvain la remonte à la troisième plongée en apnée.

Au bout de 5 jours tout est prêt et nous attendons une bonne fenêtre météo pour mettre le cap au sud. Nous retrouvons Bertrand sur son voilier Girouette et une fois encore chacun raconte ses aventures.

Ce contenu a été publié dans Espagne, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Almerimar du mercredi 4 au mardi 17 avril 2018

  1. Sylvain dit :

    Merci pour cette rencontre et le sauté de Canard 🙂
    Nous sommes maintenant sur Estepona (entrée difficile et dangereuse si la mer est agîtée) et le prix se fait sentir. 48€ la nuit pour un bateau de 16m….ouch.

    Bonne route!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *