Gênes, du mardi 16 au dimanche 21 mai 2017

       

Nous quittons le mouillage de Rapallo à 8h30. Il fait déjà chaud, 30° à l’extérieur 25.8 à l’intérieur. La mer est calme et le soleil brille. Une demi heure plus tard nous sommes devant Portofino, le « Saint Tropez«  italien. Nous entrons doucement au moteur dans ce lieu de villégiature de la jet-set, passons devant de belles maisons en partie masquées par leur jardins et devant de magnifiques grands voiliers pour arriver dans un petit port méditerranéen typique avec quelques barques et petits bateaux à moteur.

      

C’est probablement cette authenticité préservée ou reconstituée qui fait le charme du village.

Nous contournons la pointe de Portofino, arrivons devant l’entrée de l’anse de San Fruttuoso et entrons dans la baie. Celle-ci est très étroite et profonde, il nous paraît difficile d’y mouiller. Au fond de la baie nous pouvons voir l’abbaye qui date du moyen âge. Cette abbaye n’est accessible que par la mer, un navette vient régulièrement de Gênes.

 

Nous poursuivons notre route vers Gênes, il fait beau, le vent est très faible, nous avons du temps devant nous. Nous tirons des bords dans la baie de Gênes à une vitesse variant entre 0,2 et 2 nœuds. Évidement à cette vitesse nous ne grignotons même pas un mile à l’heure vers notre destination, mais nous sommes bien sur l’eau et pas pressé de nous retrouver en pleine ville.

 

A 16 heures nous craquons et lançons les moteurs, à 17h nous sommes amarrés dans la marina de porto antico, où nous avons été bien accueillis. La marina a la réputation d’être une des meilleures d’Italie. La secrétaire parle français, les sanitaires sont impeccables, l’accès est sécurisé, un gardien fait des rondes régulières et nous sommes entre de hauts bâtiments, à priori bien protégé des tous les vents.

 

Nous sommes restés 5 jours à Gênes, C’est une ville vivante, cosmopolite et attachante.

L’activité de la ville est centrée sur les ports. Le port de commerce, à l’écart, est le plus important d’Italie, le port des ferries est très actif avec des lignes régulières vers la Corse, la Sardaigne, la Sicile et l’Afrique du nord.

                         

 

Les abord du ports sont très vivants avec de nombreux petits commerces, des rues piétonnes étroites et, comme partout en Italie, des églises. L’intérieur des édifices religieux est richement décoré avec souvent d’impressionnantes compositions de marbre.

                              

                            

                                   

Nous avons pris le funiculaire pour voir le port d’en haut. La ville est étendue et la partie récente très périphérique. Les toits des immeubles anciens sont souvent occupés par des maisons avec jardin et vue sur le port.

        

Le musée de la marine, situé à deux pas de la marina, nécessite une visite de plusieurs heures et offre en prime la visite d’un sous marin classique à flot. A coté de ce musée, sur une barge, est installé un espace sensoriel. Il s’agit d’un parcours dans le noir complet. On est guidé dans plusieurs pièces et même dans un bus par un non voyant qui nous explique comment il vit, s’oriente et fait tous les gestes de la vie quotidienne qui nous paraissent si simples avec deux yeux.

 

Ce contenu a été publié dans Italie, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Gênes, du mardi 16 au dimanche 21 mai 2017

  1. Delphine dit :

    Très belles photos ! (et très joli chapeau !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *