Burriana, du jeudi 12 au vendredi 13 octobre 2017

En juin 2012 nous avions fait escale dans la marina de Burriana qui ne nous avait pas plu. En plus d’être très chères la marina et la vile n’offraient pas d’intérêt. Le vent étant bien établi au Nord Est, nous décidons d’aller mouiller au sud de la digue de la marina.

Malgré un vent qui ne dépassera jamais les 8 nœuds, nous parvenons à parcourir la plus grande partie de 40 miles de l’étape du jour à la voile et mouillons comme prévu au sud de la marina de Burriana à 18h 50.

    

            Coucher de soleil à Burriana                             Lever de soleil à Burriana

Au début tout paraît calme, mais au milieu de la nuit une houle de Sud Est se lève. Le vent étant toujours orienté Nord Est, Ericante est en travers des vagues et roule beaucoup pendant deux bonnes heures. Ensuite soit le vent soit la houle tourne et nous pouvons nous rendormir. A moins que ce soit simplement la fatigue…

Au réveil le mouillage est aussi clame qu’à l’arrivé, et nous avons une visite.

Publié dans Espagne, Non classé | Marqué avec | Laisser un commentaire

Peniscola, du mardi 10 au Jeudi 12 octobre 2017

Nous avions apprécié le mouillage de Peniscola, au pied de la forteresse de Papa Luna, lors de notre passage en juin 2012. Nous allons y retourner et, cette fois, débarquer.

Les 40 miles sont parcourus avec un vent de nord très faible. Malgré le geenaker, il faut souvent aider avec un peu de moteur pour ne pas tomber sous les 2 nœuds. La sortie du bras principal de l’Ebre est matérialisé par une tourelle métallique en forme de tour Eiffel.

Lorsque nous y arrivons nous sommes assaillis par une nuée de moustiques peu agressifs, qui recouvrent la capote et s’installent à bord. Un peu avant d’arriver le vent tourne au sud

Nous mouillons en fin d’après midi au nord le la forteresse de Peniscola. 4 m de fond de sable de bonne tenue. Bien protégés du vent et de la houle, pour le moment.

Le lendemain le temp est toujours magnifique, nous débarquons et allons visiter la forteresse dont l’histoire est fort interessante.

La forteresse, réputée imprenable, a recueilli successivement la fin de deux grandes épopées.

D’abord les templiers. Après avoir du quitter la Terre Sainte et abandonner Saint Jean d’Acre en 1291, ils ont erré quelques années jusqu’à ce que l’ordre installe sa commanderie dans la forteresse de Peniscola en 1294. La forteresse sera renforcée afin d’améliorer encore son invulnérabilité. Les travaux seront terminés en 1307. 5 ans plus tard le roi Philippe le Bel et le pape Clément V condamnent l’ordre à la dissolution et saisissent tous ses biens. Les templiers sont arrêtés et jugés. Le château revient à l’ordre de Montesa.

Au début du XVéme siècle le Château de Peniscola a recueilli son hôte le plus célèbre le pape Benoit XIII. Pedro de Luna fut pape à Avignon sous le nom de Benoit XIII. Lors du grand schisme d’Occident, il dû s’enfuir du Palais des papes en 1403, et, après un long périple, vint s’installer avec sa suite à Peniscola en 1411. Il y fut surnommé Papa Luna et mourut à Peniscola en 1423.

  

La visite du Château a été suivie d’une visite de la ville. Derrière un front de mer bordé d’hôtels et de restaurants se cache une petite ville bien aménagée. La grande place est parcouru par un cours d’eau, aux berges verdoyantes, accueillant une population de canards. Autour de cette place se trouve tous les commerces dont on peut avoir besoin.

Le soir, de retour à bord, la houle a changé de sens et l’Ericante roule un peu plus que la nuit précédente.

Publié dans Espagne | Marqué avec , | Laisser un commentaire

L’Ampola, du lundi 9 au mardi 10 octobre 2017

Après trois jours en ville nous visons un mouillage. Partis à 8h de Tarragone nous arrivons à 17h au fond du golfe de l’Ampola après avoir navigué un peu à la voile et beaucoup au moteur. Ericante pas entrés dans l’anse naturelle et bien abritée de l’Ampola car il y a peu de fond et beaucoup de moustiques. Mouillés sur fond de sable par 5 m de fond, nos sommes à plus d’un mile des berges de cette grande baie située au nord du delta de l’Ebre.

Il y a peu de houle, sauf quand un bateau passe, même à distance. Nous sommes seuls au milieu d’une grande étendue d’eau. Enfin pas tout à fait seuls car les moustiques arrivent  la fin de la journée.

Publié dans Espagne | Marqué avec | Laisser un commentaire

Tarragone, du vendredi 6 au lundi 9 octobre 2017

Lors de notre remontée de la côte méditerranéenne de l’Espagne au printemps 2012, nous avions évité les grandes villes, préférant les mouillages et les petits ports. Nous ne nous étions arrêtés qu’à Barcelone. Cette année nous avons décidé de visiter Tarragone, Valence et Alicante dont on nous a dit beaucoup de bien.

Nous partons à la voile du mouillage d’Aiguadolc à 9h. Entre 11h et 13h l’absence totale du vent nous oblige a marcher au moteur et nous entrons dans la marina de Tarragone à 16h. L’accueil y est chaleureux, la secrétaire, qui parle français, nous indique tout ce qu’il faut voir à Tarragone.

                                      cette photo a inspiré nos amis du Grand Nord

Cette ville du sud de la Catalogne, nous a bien plu. En ce début octobre il y a du soleil et, dans les rues ombragées, la température est idéale pour déambuler en tenue d’été. L’ancien côtoie sans choquer le moderne. Au fil des rues, souvent bordés d’arcades, le style mauresque ici ou l’influence du célèbre architecte Gaudi ailleurs se succèdent.

 

  

Sur les conseils de la secrétaire et pour la première fois de notre vie, nous avons pris le petit train touristique faisant le tour de la ville.

La vielle ville est entourée de murailles dont certaines semblent dater de l’antiquité. Au centre de la vielle ville siège l’imposante cathédrale de St Thècle, construite sur les ruines d’un temple romain.

 

Le petit train passe tour à tour devant les arènes antiques et les modernes.

 

La ville est traversée par une longue rambla. Sur cette rambla siège une sculpture en bronze représentant une pyramide humaine. Cette manifestation de la région est reconnu comme patrimoine immatériel de l’humanité par l’Unesco.

Parmi les personnes qui déambulent, nous croisons des manifestants portant sur les épaules un drapeau catalan ou espagnol selon leurs opinions. L’indépendance de la Catalogne est en pleine discussion. Ces gens de tous âges se croisent sans animosité. On a du mal à imaginer qu’il y a moins d’un siècle les habitants de la ville s’entretuaient au cours d’un guerre civile. A son extrémité la rambla abouti au Balcon de la Méditerranée d’où la vue sur la mer est magnifique.

Il y a 3 ports à Tarragone : Le port de commerce est à l’extérieur de la ville, entre lui et la marina où nous sommes il y a un grand bassin réservé en partie aux grands bateaux de plaisance, de plus de 25m, et en partie à la pêche. Sur le quai du port de pêche il y a de nombreux restaurants de poissons et des fontaines.

Le soir nous avons entendu résonner des tambours et sommes allés voir

 

Publié dans Espagne | Marqué avec | Laisser un commentaire

Aiguadolc, du jeudi 5 au vendredi 6 octobre 2017

Après un lever tardif, quelques courses et un tour sur les pontons, nous quittons la marina de Ginesta à 15 h. Cet après midi il fait beau, la mer est plate et le vent d’Ouest-Sud-Ouest de 7 à 11 noeuds. Nous atteignons la marina d’Aiguadoc en 2 bords de près. Ericante nous a fait plaisir en marchant au près serré sous GV et et trinquette à plus de 6 N avec 10 N de vent. L’étape a été courte mais nous n’avons utilisé le moteur que pour sortir de la marina et juste avant de mouiller. Ce qui est assez rare en Méditerranée.

A 17h 45 nous sommes sur ancre à l’Est de la marina d’Aiguadolc par 3,5 m de fond de sable, bien protégé par la digue, du moins le croyons nous. Nous assistons au coucher du soleil suivi de peu par le lever de la lune.

 

Mais vers 20h une houle de Sud apparaît par le travers et nous fait rouler sérieusement jusqu’à 3h du matin. Puis le vent tourne au Nord, nous ne prenons plus les vagues par le travers, tout redevient calme et confortable.

Publié dans Espagne | Marqué avec | Laisser un commentaire