dimanche 12 juillet 2020, de Terenez à Ker Santon et Daoulas.

Nous quittons le mouillage à 8 heures du matin avec l’objectif d’aller nous ravitailler au marché de Daoulas. Le courant dans l’ Aulne ne nous est pas favorable et le vent est faible.

A 8h30 à nous passons de vent nous passons devant l’abbaye de Landevenec éclairée par le soleil levant.

Nous sommes en mortes eaux, il ne sera pas possible de remonter jusqu’à daoulas avec l’Ericante. Nous mouillons donc le plus haut possible, à Ker Santon. Ce mouillage sur la commune de Loperhet est situé juste en face de Porz Beac’h à Logonna Daoulas.

Nous embarquons dans l’annexe à 10h 45 et la mer est haute à 11h 30. Notre moteur électrique nous fait avancer à un peu plus de 3,5 km/h, la remonté est un peu longue mais il fait beau, et il n’y a pas de vent ce qui laisse le temps d’apprécier pleinement le paysage. Arrivée à 11h 45, nous repartons à 12h 30 PM+1 c’est un peu juste mais ça passe. L’après midi, après la sieste nous débarquons pour faire une grande promenade sur le sentier côtier jusqu’à la pointe de Rostiviec et retour pas la grève.

Le mouillage de Ker Santon n’échoue pas, nous y passons une nuit calme.

Publié dans France | Laisser un commentaire

vendredi 10 juillet 2020, de l’anse du Bourg à Terenez

Il fait toujours beau le vent d’ouest sud ouest varie entre 2 et 12 nœuds et le courant est favorable.

Fort de l’expérience des jours précédents nous n’envoyons que le génois et pouvons ainsi aller à la voile jusqu’au cimetière de bateau de Landevennec.

Le mouillage est prévu à Port Coz, il y a déjà un voilier au milieu de l’anse qui n’est pas bien grande. Nous mouillons mais sommes un peu trop près de l’autre voilier. Nous quittons ce mouillage sauvage pour l’anse suivante, anse de moulin mer ou de moulin neuf ou de Terenez? Il y a de la place mais beaucoup de fond, 12 mètres à mi marée. Tant mieux plus il y a de fond mieux tient le mouillage, nous a enseigné Jean Louis.

Le lendemain il fait toujours beau, avec les chaussures de marche nous allons jusqu’au fond de l’anse. Puis prenons le sentier côtier débutant à la chapelle du Folgoët.

Ensuite le sentier suis le cours de l’Aulne jusqu’au village de Landevennec. Nous reviendrons par un autre chemin, 18 kilomètres.

Publié dans France | Laisser un commentaire

mardi 7 juillet 2020, Du Fret à L’anse du Bourg

Du mardi 7 juillet 2020, Du Fret à L’anse du Bourg

Il fait beau ce matin, Nous quittons le mouillage à la voile. Assez vite Ericante ce trouve vent arrière, le génois est déventé et la grand voile menace d’empanner. Il faut affaler la grand voile ce qui toujours un peu compliqué au portant, surtout si l’on ne veut pas rouler le génois et venir bout au vent. Nous venons bon plein, écoute de GV choquée, la grand voile est bien déventé mais elle ne descend pas aussi facilement que bout au vent. Nous pouvons poursuivre sous génois seul. Devant la base de aéronavale de Lanvéoc, nous assistons à plusieurs exercices de pilotage d’hélico avec point fixe et descente d’un poids qui doit toucher une grosse bouée orange.

Arrivés à L’anse du bourg, la petite bouée sans anneau s’avère impossible à attraper. Nous mouillons sur ancre à proximité de notre corps mort, devant la maison.

Publié dans France | Laisser un commentaire

Du lundi 6 au mardi 7 juillet 2020, du Moulin Blanc au Fret

Enfin l’Ericante largue les amarres de la marina du Moulin Blanc. Cela fait un an que nous n’avions pas naviguer, les automatismes ne se sont pas trop émousser.

Nous avons encore tout ce qu’il faut pour vivre à bord. Il y a un peu de vent et c’est à la voile que nous allons à notre premier mouillage de l’année. Nous avions prévu Lanvéoc, où ne ne sommes jamais aller. Avec un vent de Nord Ouest Le Fret sera plus abrité. Dès que l’on a doublé les bouées vertes qui limitent le périmètre réglementé de l’île longue nous voyons les bateaux au mouillage et surtout les voitures et camions qui circulent sur la route longeant l’anse. Mouillage à marrée basse par 4 m de fond sous le soleil. Un petit tour à terre et nuit calme et très reposante.

Publié dans France | Laisser un commentaire

Confinement

L’Ericante, mis à l’eau fin février, aurait du être prêt à naviguer fin mars…L’épidémie l’oblige à rester confiné au port, seul et sans visite. Un grand périple est donc exclu cet été. Peut-être les Canaries à l’automne ?

En attendant l’équipage patiente chacun à sa façon :

L’inaction invite à la réflexion. L’âge avançant la navigation à la voile risque de devenir difficile à deux. Nous réfléchissons donc à l’Ericante II. 

Notre rêve serait un bateau à moteur électrique, de 10 mètres maximum de long, capable de naviguer aussi bien sur la mer que sur les canaux. Ce bateau devrait pouvoir s’échouer facilement devant la maison. Ce n’est pour l’instant qu’un rêve mais il aide à passer le temps.

Publié dans France | Marqué avec | Laisser un commentaire