Culatra du mardi 1er au vendredi 4 mai 2018

Le premier mai nous nous engageons de bonne heure dans le chenal de sortie de Mazagon. Ce chenal est commun avec celui du port de commerce d’Huelva, nous y croisons deux gros cargos.

Le courant de mer descendante nous aide et le vent de secteur nord est de force 3. La progression vers l’ouest est rapide jusqu’en début d’après midi, puis le vent tombe complètement pour reprendre de secteur ouest, plein debout. Faible au début, il se renforce graduellement pour atteindre la force 5 vers 17h. La mer grossit et il faut faire tourner les deux moteurs à 2 000 tours pour pouvoir progresser, il ne nous reste plus que 4 milles pour entrer dans la lagune de Faro.

Un gros nuage noir semble accroché au dessus du bateau, il avance à la même vitesse et dans le même sens que nous. C’est à 18h 15 que arrivons devant l’entrée de la lagune, la mer a commencer à descendre, elle est très agitée dans la passe, c’est la barre. Ce passage délicat est long d’une centaine de mètres,.

Ensuite, le calme, la mer est comme un lac le vent tombe et le nuage noir reste stationné au dessus de la barre.

  

A 19h l’Ericante est sur ancre devant l’île de Culatra au Portugal.

 

Le lendemain nous débarquons sur cette île, dont plusieurs navigateurs nous ont vanté l’originalité. Nous ne sommes pas déçus. Ici il n’y pas de route donc pas de voiture. Les allées entre les maisons sont en sable. Les maisons sont petites, de plain pied et peintes en blanc ou en couleurs pastels. L’ensemble rappelle un peu La Graciosa aux Canaries ou Hoëdic. Il y a une petite bande cimentée au milieu des chemins pour permettre la circulation des vélos. Les livraisons sont faites par un tracteur.

   

Au delà du village, une dune puis un grande plage déserte de sable fin fait face à l’océan.

      

Dans la dune 2 bateaux sont échoués très haut, ils ne doivent flotter que quelques heures par an.

En rentrant au village une bonne vingtaines d’îliens convergent vers le gué du court d’eau qui sera recouvert dans quelques minutes. Ils ont passé la matinée à gratter le sable du bord de la lagune pour récolter des coques. Nous traversons avec eux.

Sur l’estran plusieurs voiliers sont échoués et habités, l’un d’eux est suisse et a passé l’hiver ici. Il s’agit d’un couple avec deux enfants scolarisés sur l’île. Ils possèdent deux chiens dont un recueilli aux Antilles dont ils souhaitent se séparer, il est petit et Anté est très tentée par l’adoption. A la réflexion nous pensons qu’il ne sera pas heureux à bord et déclinons avec quelques regrets cette offre.

   

Nous demandons s’ils connaissent Jacques : Oui, il vit sur un des deux voiliers échoués dans les dunes, mais il est rentré en Belgique la semaine dernière et ne reviendra que la semaine prochaine. Nous avions rencontrer Jacques à Ferragudo au Portugal au court de l’été 2014. il vivait sur un voilier de 15m et rêvait de finir ses jours sur un voilier échoué à Culatra. Le 3 mai nous débarquons sur l’île d’en face : l’île Coco d’où nous voyons la ville d’Olhao.

Ce mouillage de Culatra nous a semblé être un paradis au mois de mai. Il est bien protégé de tous les vent et il n’y a jamais de vagues. Par contre il y aurait beaucoup de monde en été.

Ce contenu a été publié dans Portugal, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *