Poros, du jeudi 6 au Mercredi 12 octobre 2016

ciseauxLe jeudi 6 octobre à 13h 30 nous quittons le mouillage de Mandraki après avoir largué nos amarres et libéré une ancre prise dans une chaîne. Le vent de nord force 3 et la température de 27° rendent la navigation agréable. Après un grand bord de près nous arrivons à la pointe de Tselevina sans nous être fait doubler par aucun des bateaux que nous avons croisés tirant des bords. Les catas notamment sont loin derrière.

 

porosNous longeons la berge de l’île de Poros dans le chenal qui sépare cette île du continent, et venons mouiller dans la baie de la base navale par 12 m de fond avec 45 m de chaîne. Après cette deuxième étape entièrement à la voile nous passons une bonne nuit au mouillage.

 

navy-bayLe vendredi nous débarquons avec l’annexe à l’aviron car le moteur Torqedoo n’embraye plus. Après un tour en ville, nous allons saluer les français du port et faisons la connaissance de Claudine et Lionel qui vivent sur Swing, un Gib Sea de 37 pieds. Ils doivent venir nous rendre visite ce soir au mouillage.

lionel-et-claudine

 

Après avoir passé la soirée à bord nos invités voyant le temps changer profite d’une accalmie pour regagner leur voilier qui est au ponton. Quelque minutes après un message VHF nous informe qu’ils sont bien arrivés à leur bord. Moins de 10 minutes plus tard, à 21h30 le vent forcit très vite avec 30 puis 40 nœuds, du vent de la pluie des éclairs et ça forcit encore 45, 48… Les voiles d’avant qui avaient été roulés sans être serrés se libèrent au dessus et en dessous de l’endroit où elles sont maintenus par les écoutes. Elles battent violemment dans la tempête et ont tendance à nous entraîner la pluie violente arrive horizontalement, elle est aveuglante. Nous démarrons le deux moteurs et avec les moteurs et la barre je tente de rester bout au vent sans dépasser l’ancre. C’est épuisant, mais heureusement au bout de 10 à 12 minutes la furie se calme. Une demi heure plus tard le vent ne souffle plus et il est possible d’affaler les focs et de les rentrer tout mouillés à l’intérieur. L’ancre a tenu bon, nous n’avons pratiquement pas bougé.

A 22h 30 le vent est complètement tombé les voiles sont rangées, nous constatons que l’antenne radar a été arrachée et ne tient plus que la câble de sécurité. Nous pouvons rentrer nous sécher et nous reposer.

2016-10-08-15h42-dinghy-stop-pros-finlandais

Samedi 8 octobre nous allions partir avec l’annexe quand on voit passer une annexe à moteur partant d’un voilier finlandais et se dirigeant vers les pontons. Nous faisons de l’annexe-stop et arrivons au ponton où le spectacle est impressionnant.

ouragan

 

Presque tous les bateaux sont endommagés certains plus que d’autres: listons arrachés, chandeliers et balcons tordus, arrières enfoncés et même un voilier coulé dont n’émerge plus que le mât et le pavillon français. Taomapa, l’Atlantis 430 en alu de Maurice et Patricia était fin prêt pour partir pour les Antilles il est tout cabossé, jusqu’au panneaux solaires qui sont sur le portique à plus de 2mètres de haut et devra reporter son départ d’un an.

Corail le voilier de 12 m de Jean Luc et Nathalie est également très endommagé, balcon et portique tordus, ferrure d’étrave et davier arrachés, la coque en plastique s’est pliée, les aménagement en bois se sont cassés et le plastique qui porte bien son nom a repris sa forme.

Swing de Claudine et Lionel a beaucoup souffert: annexe en dur écrasée, listons et voute arrière arrachés balcons tordus. Il leur faudra plusieurs semaines de travail pour tout remettre en état.

Le Shipchandler de Poros nous affirme qu’il pourra commander les supports d’antenne radar lundi pour les recevoir et les poser mardi au plus trad.

450

 

Nous irons donc demain au ponton quand une place se libérera pour attendre notre réparation. Pour les voiles le génois est juste un peu effiloché, il est utilisable, par contre la bordure de la trinquette est décousue sur 3 m de long.

Heureusement pour nous que nous étions au mouillage, nos dégâts sont minimes comparés aux autres.

repasLundi matin nous allons au ponton, mais le schipchandler nous dit qu’il faudra 3 à 4 jours… pour obtenir la pièce. Dans la matinée l’assurance à laquelle j’avais envoyer un mail samedi répond qu’elle a bien enregistré notre sinistre et que nous aurons la visite d’un expert mardi matin. Ensuite nous trouvons une couturière qui accepte de réparer les voiles, elle fera un travail de couturière pas de voilière, le nerf de chute est pris dans la couture et il y a un faux pli, mais ce sera suffisant pour les prochains jours. Le soir un des plaisanciers français va diner avec d’autres français et nous invite à les rejoindre nous serons 13 à table !

Le mardi l’expert vient à bord et constate les dégâts Dans sont rapport il fait état de vent à 65 noeuds et signale que sur les 38 bateaux situés dans cette partie du port 28 ont de très gros dommages et 10, dont le notre, des dommages moindre. Le soir nous allons mouiller dans la baie suivante de Neorion. Il n’est plus nécessaire que nous restions à ce dangereux ponton.

 

451 

Ce contenu a été publié dans Grèce, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *