New Ross du vendredi 22 au dimanche 24 juillet 2011

22-07 pont tournant de Barow 6.jpgNous levons l’ancre dans la baie de Dungarvan à 9 heures, il fait beau le vent de nord de 15 nœuds, nous permet d’entrer dans la baie de Waterford à 13 heures 30. Nous sommes en avance et tirons des bords contre le vent et le courant sans progresser beaucoup. À 16 heures, une heure avant la renverse, nous affalons les voiles et mettons les moteurs en route. Devant le pont de chemin de fer nous tentons d’appeler le préposé à la VHF mais n’obtenons pas de réponse. Au bout de 10 minutes, après plusieurs tentatives sur les canaux 14 et 16, nous sommes prêts à abandonner et mettre le cap sur le port de Waterford, quand, tout à coup, le pont tourne. Nous apprendrons plus tard qu’il ne faut pas appeler avec la VHF mais téléphoner au Master Harbour de New Ross qui s’arrange pour faire ouvrir le pont. Nous avons eu la chance que Challenge Wales, magnifique voilier de 72 pieds, soit juste derrière nous pour la même destination!3 sisters Marina.jpg
La remontée de la rivière Barrow est facile et bien balisée, le cadre est sauvage. Nous arrivons à 3 Sisters Marina à 19 heures et nous amarrons à un ponton perpendiculaire au courant.

Nous avons choisi cette marina car, en préparant le voyage, nous avions lu sur STW, un article ventant les mérites de cette escale. Le port est bien protégé, le courant y est fort 3,4 nœuds. Il y a eau et électricité mais pas de sanitaires ni de douches. C’est un port de jonction avec le réseau fluvial qui peut aller jusqu’à Dublin, et par le Shannon , jusqu’à Limerick. La navigation sur les canaux irlandais est facile mais bien sur, il faut démâter et la largeur est limitée à 3 m 90, ce qui nous en interdit l’accès.

L’accueil est chaleureux, la ville assez grande, conserve la mémoire des Kennedy qui en sont originaires. La famille de l’ancien président des Etats Unis a offert de nombreux équipements à la ville.

La réplique d’un voilier, le Dunbory, qui a transporté beaucoup d’émigrants irlandais vers les Etats Unis est amarrée en amont de la marina et sa visite est une attraction qui attire les touristes. La visite est intéressante et la reconstitution très réaliste.

Le soir, dans un restaurant nous rencontrons une serveuse française protestante originaire de Savoie qui nous explique la vie et le système social de l’Irlande et qui au bout d’un an d’adaptation (prise de poids de 9kg due à la « speed alimentation » et réapprentissage du bien manger) a décidé de rester y vivre. La rencontre avec un bel irlandais contribue fortement à sa décision.

Ce contenu a été publié dans Irlande, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *